Comité National Fédéral, cap sur la syndicalisation (vidéos)

Le Comité National Fédéral est une instance élue à chaque Congrès fédéral. Ses membres, issus de tous les secteurs professionnels couverts par la FGTA-FO, sont représentatifs des syndicats qui font la Fédération. Une fois par an, ils sont invités à juger des actions menées par le Bureau fédéral et le Secrétaire général, interviennent pour partager leur point de vue, faire des revendications basées sur leurs expériences en entreprise, commenter l’actualité sociale, et être consultés sur les orientations qui définiront la politique et la vie de l’organisation. Cette année, le CNF s’est tenu les 20 et 21 octobre à Paris.

Le rapport d’activité

Comme le veulent les statuts, le Comité National Fédéral s’est ouvert sur le rapport d’activité du Secrétaire général.

Premier thème abordé : le service juridique, de plus en plus sollicité par les adhérents et salariés en difficulté. Dejan a annoncé un développement dès janvier, notamment via une plateforme téléphonique afin de répondre le plus rapidement possible aux adhérents.

Sur la mobilisation contre la loi Travail, à laquelle la FGTA a activement participé, force est de constater que l’engagement n’a pas permis de rejeter le projet de loi et son passage en force via le 49.3, arme lourde des exécutifs légers comme Hollande le définissait lui-même avant d’accéder à la présidence… Si le Secrétaire général n’a pas manqué de saluer la présence des adhérents de la FGTA aux manifestations sur tout le territoire, il a estimé qu’il faudra tirer les enseignements de cet « échec ». Dans l’immédiat, la Confédération a engagé plusieurs recours juridiques pour contester l’inversion de la hiérarchie des normes et la relégation au second plan des accords de branche. À ce titre, Dejan Terglav a indiqué qu’un maximum d’élus allaient être formés sur la loi Travail afin de défendre au mieux les salariés lors des négociations qui vont bientôt s’amorcer dans les entreprises.

Le Secrétaire général a fustigé la perte de droits qui va affecter les salariés des Très Petites Entreprises qui ne bénéficient pas de représentation directe du personnel pour les défendre. C’est pourquoi les élections TPE qui se dérouleront du 28 novembre au 12 décembre 2016 constituent un enjeu majeur pour leur représentation, mais aussi pour l’audience syndicale de la FGTA.

Dejan Terglav a justifié la stratégie de la Fédération basée non sur de la communication grand public aux effets incertains, mais sur des investissements en moyens humains au niveau du terrain. Si tous les adhérents de la FGTA arrivent à convaincre au moins une personne de leur entourage (boulanger, boucher, coiffeur, etc.) de voter et de faire voter FO aux élections TPE, alors notre organisation pourra arriver en tête et siéger dans un maximum de branches pour travailler à l’intérêt des salariés en toute indépendance.

Anticiper les attaques

Cette campagne électorale quasi permanente demande beaucoup d’énergie mais, comme elle est le fruit de la position commune adoptée en 2008 par le Medef, la CGT et la CDFT, nous devons la mener tambour battant afin de dépasser ces deux organisations qui ont cru pouvoir exclure toute diversité du dialogue syndical.

Alignée sur la ligne confédérale, la FGTA-FO ne donnera pas de consigne de vote pour les élections présidentielles, mais déplore déjà que beaucoup de candidats tapent déjà sur le Code du travail et les salariés. Dejan a indiqué qu’il était primordial d’analyser les discours de chacun pour anticiper et se tenir prêt aux attaques qui se profilent.

Par ailleurs, le projet de taxation des Activités Sociales et Culturelles des comités d’entreprise, plusieurs fois repoussé et qui vient d’être réintégré au Projet de Loi de Finances, inquiète quant à l’avenir des CE, a dénoncé Dejan.

Dans un tel contexte, il faut un syndicalisme fort pour protéger les salariés et résister à tout ce qui peut leur porter préjudice. Dejan a donc insisté sur la nécessité de développer la syndicalisation. Le temps où les délégués rendaient des services aux salariés qui ne se syndiquent pas ou auxquels on ne propose même pas la carte doit être révolu. Le bulletin d’adhésion doit être diffusé sur chaque support de communication.

Dans ce tableau plutôt sombre, la victoire remportée par les salariés de GASTT grâce au soutien de la FGTA-FO (NDLR : 47 salariés n’étaient pas payés depuis trois mois) apporte un peu de lumière et montre que le syndicat est un outil efficace et indispensable pour résister aux patrons voyous. Dejan en a profité pour remercier les généreux donateurs qui ont répondu à la souscription lancée par la FGTA-FO.

Le congrès 2018

Pour clôturer ce rapport d’activité et commencer à se projeter sur le mandat suivant, le Secrétaire général adjoint Michel Kerling a évoqué l’organisation du prochain congrès fédéral en présentant diverses options.

Les congressistes se rassembleront donc à Saint-Malo du 19 au 22 juin 2018 conformément à la validation de la date et du lieu par le CNF.

Des interventions engagées

Plusieurs élus ont souhaité prendre la parole pour interpeller leurs camarades sur différents sujets. Voici le résumé de quelques interventions :

Jean-Yves Chaussin, de Carrefour SDNH, a évoqué la croissance inquiétante des passages en franchise dans son entreprise et la perte des droits qui en découle pour les salariés. Pour lui, quand la franchise avance, le progrès social recule !

Jean-Yves Quersin, de Carrefour lui aussi, a alerté les élus sur les modifications du Code civil qui encadrent les relations contractuelles, et par conséquent les activités de négociations qui sont la clé de voûte de notre activité.

Dominique Douin de Charal a vivement dénoncé la baisse des effectifs dans son secteur d’activité, qui va de pair avec la hausse de la pénibilité pour des salariés qui accusent le coup physiquement et psychologiquement.

Didier Pleschin d’Arpège a exhorté les délégués de syndiquer dans toutes les collèges pour ne pas laisser le champ libre aux syndicats catégoriels.

Les TPE, la priorité 2016

Nabil Azzouz, responsable des élections TPE, a présenté les enjeux de cette élection pour les salariés des Très Petites Entreprises, mais aussi pour la représentativité de notre organisation. Il a présenté tous les outils mis en place avec la Confédération et aussi le grand jeu TPE à retrouver sur www.fgtafo.fr.

Syndiquer les cadres et agents de maîtrise

Laurent Rescanières, DSC FO Danone, a présenté le Réseau cadres dont il est en charge depuis plusieurs mois. Il a notamment évoqué l’influence des nouvelles technologies sur la répartition des collèges. Il y a dans certaines entreprises de plus en plus de cadres et agents de maîtrise à aller chercher car eux aussi rencontrent des problèmes et ne bénéficient pas de délégation de pouvoir. De nombreux élus ont réagi en témoignant de leur accord à condition de ne pas syndiquer les membres du management qui mènent la vie dure aux simples salariés !

Vigilance sur l’application de la loi Travail

L’avocat de la Fédération, Maître Riera, a conclu la première journée du CNF par une intervention sur la loi Travail. Il a rappelé que le Code du travail a vocation à protéger le plus faible contre le plus fort dans le cadre d’un rapport contractuel. Ce n’est pas un outil de régulation économique et le saborder ne créera pas des emplois et de la croissance.

Discours de Jean-Claude Mailly

Le vendredi matin, le Secrétaire général de FO s’est adressé aux membres du CNF. Il a passé en revue l’actualité économique et sociale française, européenne et internationale. Au programme donc : le risque d’une nouvelle crise financière, la dénonciation du CICE, la course au dumping social, l’inversion de la hiérarchie des normes, la loi Travail et les recours juridiques, la baisse du nombre de conventions collectives nationales et les conséquences pour les droits des salariés, le nouveau site FO sur la vie syndicale (http://info-syndicats.fr), etc. Devant un parterre conquis, Jean-Claude Mailly a salué l’action fédérale et encouragé les élus à redoubler d’efforts dans les implantations, notre point faible pour l’instant.

La loi Travail, et maintenant ?

Après avoir répondu aux interventions des délégués et appuyé leurs revendications, notamment sur les TPE et le travail du dimanche qui, là où les ouvertures sont autorisées par la loi, doit faire l’objet de compensations égales pour tous, Dejan Terglav a conclu ce CNF. Il a ainsi détaillé un grand plan de formation sur la loi Travail afin qu’à tous les niveaux de l’organisation les élus de la FGTA-FO puissent informer les salariés et négocier les accords pour lesquels les négociations sont un peu partout en train de s’ouvrir.

Après ces deux jours bien remplis, les délégués sont repartis sur le terrain plus déterminés que jamais dans leur action avec le sentiment de partager entre eux des valeurs et un engagement commun symbolisé par une Fédération à leur service.

PARTAGER
Share Button