Débrayage massif au Champagne Feuillatte à Chouilly (Marne)

Débrayage massif à l’initiative des organisations syndicales, FORCE OUVRIERE en tête !

Jeudi 29 mars, le piquet de grève était installé et les délégués sont sortis des ateliers dès 7h00 du matin et, à 9h00, force était de constater que la production n’avait toujours pas démarré.

Pourquoi en est-on arrivé là ?

A l’origine du préavis de grève, deux revendications majeures :

  • La politique de précarité menée par la direction,
  • La dégradation importante des conditions de travail.

Pourquoi la précarité ? Par le manque de recrutement en interne, freinant au passage les évolutions de carrière mais aussi par leur blocage. En effet, comment imaginer autrement la situation d’un salarié en particulier, ayant postulé à la logistique ? Alors que celui-ci accomplit les missions depuis trois ans sur ce poste, à l’heure de prendre la décision de le passer en CDI, la direction ne retient pas sa candidature. De qui se moque-t-on ?

Si ce salarié ne possédait pas les compétences pour ce poste, il est à souhaiter que les équipes de direction et management s’en soient rendu compte avant !

Les élus du Comité d’entreprise ont aussi voté contre une demande des syndicats de saisir l’inspection du travail au sujet du recours abusifs aux emplois précaires, aux CDD, privilégiant par là les emplois intérimaires et augmentant ainsi le coût salarial par ce choix.

Ces explications conjuguées à la dégradation des conditions de travail due à l’incapacité de la direction à gérer les cadences apportent ainsi des changements d’horaires permanents sans respect des délais de prévenance. Tout est réuni pour faire monter la pression et le stress source de risques d’accident du travail !

Sous la conduite de Franck Simart, le délégué FO du champagne Nicolas Feuillatte, le blocage a duré toute la journée de jeudi. Les grévistes ont repris le travail vendredi, la direction ayant accepté de revoir l’organisation de la principale activité du site de Chouilly, la plateforme de tirage ultramoderne capable d’embouteiller 20 000 bouteilles à l’heure !

Vouloir le dernier cri en matière technologique implique de mettre aussi les moyens en termes de logistique et d’organisation du travail.

Pour FO, il est important de voir quelle sera la réponse quant à l’embauche du salarié en CDI et à l’heure où j’écris ces lignes, la réflexion est en cours pour envisager la suite du mouvement avec les autres organisations syndicales. Effectivement, rien n’empêche de suspecter une possible discrimination à l’embauche.

La lutte continue ! Vive FO, vive la FGTA FO

Bruno Leroy, secrétaire fédéral

 

 

PARTAGER
Share Button