Débrayage suivi chez Nestlé

La cession de Herta, la dégradation des conditions de travail, la baisse des effectifs, la précarisation, etc., les motifs de colère se multiplient chez Nestlé.

FO et l’ensemble des organisations syndicales ont donc appelé à des débrayages sur l’ensemble des sites du groupe ce 28 juin 2019.

La solidarité a joué à plein régime puisque de nombreux salariés ont participé à l’action partout en France. Chez Sitpa, l’usine de production de purée Mousseline, la moitié des effectifs sont sortis. Cela faisait 17 ans qu’il n’y avait pas eu de mouvement sur le site.

« C’est par cette journée du 28/06, chaude en température comme en actions sociales, que l’intersyndicale ouvre le bal.

En effet, aujourd’hui, les entreprises appartenant au groupe Nestlé en France organisent un débrayage d’une durée d’une heure minimum.

Cette petite heure qui a priori ne représente rien est une heure importante à nos yeux, celle-ci représente la coalition entre toutes les organisations syndicales mais aussi inter-professionnelles pour répondre de front à la machine infernale mondialement connue sous le doux nom de Nestlé.

Depuis quelques mois, le groupe met en place son projet de restructuration de portefeuille (vente, fermeture, dégraissage de personnel…).

Un menu que les salariés et les organisations syndicales ne digèrent pas.

Que faire devant un géant qui a décidé d’écraser tout sur son passage pour arriver à ses fins, c’est-à-dire générer encore plus d’argent.

Nestlé veut vendre ses produits en France mais ne veut plus les produire dans notre pays.

C’ est donc aujourd’hui que tous les camarades se sont engagés dans un débrayage d’une heure pour dire stop au PDG de Nestlé.

Concernant Herta, nous ne sommes pas réfractaires à une potentielle reprise, mais les OS désirent comme les collègues salariés une reprise sous certaines conditions.

Le maintien de l’emploi, la garantie des salaires, des acquis sociaux et une prime pour remercier tous les collègues qui chaque année ont contribué à la réussite de l’entreprise… Ce sont quelques exemples de notre plate forme de revendications.

Une discussion, un échange pour rassurer nos collègues tout cela nous est refusé.

Mais aujourd’hui, par cette belle journée, nous avons démontré au grand patron, pas de main d’œuvre, pas d’usine et pas d’usine pas d’argent… » Stéphane Riffaut, DS FO Herta

« Du jamais vu chez Nestlé. L’intersyndicale du groupe numéro 1 mondial de l’agroalimentaire a pris la décision de déposer un préavis de grève générale dans toutes les usines du groupe le 28 juin à 11 heures. La course à la rentabilité à n’importe quel prix, le ras-le-bol des salariés avec des conditions de travail qui se dégradent, toujours plus de travail avec moins de salariés, des ventes de business qui se suivent. Pour exemple Davigel, Accessoire Purina, NGF et maintenant l’annonce de la vente de Herta. Cela ne s’arrêtera donc jamais ? 16700 personnes en moins en 2012, 10000 en 2019, voilà le bien-être au travail des salariés chez Nestlé. » David Le Doussal, Coordinateur FO Nestlé.

PARTAGER
Share Button