FO signataire de l’accord de salaire dans les industries charcutières

1) Les négociations sur les salaires ont débuté le 30 janvier et se sont clôturées le 6 mars dans la branche des industries charcutières.

La FICT, seule organisation patronale dans la branche, nous a présenté un rapport économique toujours aussi sombre de la branche :
– Production en baisse de 13% en 10 ans
– Ralentissement de la consommation
– Tendance à la baisse de produits alimentaires et notamment des produits carnés
– Prix du porc élevé en 2016 et 2017
– Difficulté de répercuter des augmentations de prix à la grande distribution.
Seul point positif que nous avons relevé, les effectifs se stabilisent (33881 salariés) en 2016 après une perte conséquente depuis une dizaine d’années.

Suite à la présentation et malgré ce contexte de la branche présenté par la FICT, la délégation FO a proposé une augmentation linéaire de 2,5 % sur l’ensemble de la grille avec une demande de vigilance sur le tassement du haut de grille.

La première proposition de la FICT le 30 janvier était de 0,95% du coefficient 125 au 150 et de 1% au-delà du coefficient 150.

Lors de la réunion du 6 mars et après 3 suspensions de séance, la FICT a consenti une augmentation de 1,3 % sur les 4 premiers coefficients et 1,2% sur le reste de la grille applicable au 1er mars.

La FGTA-FO sera signataire de cet accord de salaire qui couvre l’inflation 2017 et qui permettra aux salariés des entreprises dépourvues de délégués syndicaux de bénéficier d’une augmentation de salaire sur les minimas.

2) Les pouvoirs publics accélèrent depuis deux ans le mouvement de rapprochement des CCN. A court terme, les branches de moins de 5 000 salariés doivent fusionner leur convention vers
une « CCN d’accueil ». Pour les autres branches, le ministère du Travail souhaite une amplification des projets de regroupement « afin d’éviter un éparpillement conventionnel ».
Toutefois, aucun calendrier n’est arrêté à ce jour pour celles-ci.

Fin janvier, la délégation patronale a informé les partenaires sociaux qu’elle souhaitait ouvrir des discussions avec la Commission paritaire de l’ADEPALE en vue d’un travail d’harmonisation vers une CCN commune d’ici à 3 ans. Différentes mesures convergentes avec la CCN des industries des produits alimentaires élaborés (ADEPALE) ont été constatées par la FICT et l’ADEPALE.

Celle-ci couvre 44 800 salariés et une répartition similaire par CSP.

Pour les délégations patronales, une convergence serait possible et regrouperait à terme 80000 salariés sur un même champ conventionnel. FO a souligné que si ce travail devait s’ouvrir, il nécessiterait un travail collectif important sur le plan paritaire avec un respect des mesures spécifiques en vigueur…

Richard Roze, Secrétaire fédéral

Barème des salaires minima applicable au 1er Mars 2018

 

Niveau

 

Coefficient

Salaire minima mensuel garanti

(151h 67) « base 35 heures »

Niveau I 125 1 505
  130 1 510
  135 1 514
  140 1 517
  145 1 520
Niveau II 150 1 523
  155 1 528
  160 1 548
  165 1 569
  170 1 592
Niveau III 175 1 620
  180 1 649
  185 1 677
  190 1 705
  195 1 733
  200 1 778
Niveau IV 205 1 797
  210 1 816
  215 1 835
  220 1 862
  225 1 893
  230 1 925
Niveau V 235 1 956
  240 1 988
  245 2 019
  250 2 049
  255 2 082
  260 2 115
Niveau VI 265 2 147
  270 2 179
  275 2 212
  280 2 244
  285 2 275
  290 2 308
  295 2 341
  300 2 372
Niveau VII 305 2 405
  310 2 436
  315 2 468
  320 2 501
  325 2 533
  330 2 564
  335 2 597
  340 2 629
  345 2 662
Niveau VIII 350 2 829
  400 3 051
Niveau IX 600 4 283
Niveau X 700 4 923
PARTAGER
Share Button