Intervention de Dejan Terglav, Secrétaire général FGTA-FO, au Congrès FO de Tours

Retrouvez l’enregistrement audio de l’intervention de Dejan Terglav, Secrétaire général FGTA-FO, au Congrès FO de Tours.

Mes chers camarades,

Tout d’abord permettez-moi de vous adresser le salut fraternel de l’ensemble des syndicats de la FGTA que j’ai l’honneur de représenter, en tant que Secrétaire général.

Depuis notre congrès fédéral d’avril 2013, nos syndicats et nos syndiqués sont en augmentation.

Nous nous en félicitons, et nous avons la modestie de penser que le travail entrepris par le Bureau fédéral et par nos équipes syndicales commence à porter ses fruits au niveau national.

La politique de développement de la FGTA-FO repose désormais sur une clé de voute solide :

Renforcer les moyens mis à la disposition de nos syndicats et les soutenir dans les actions qu’ils mènent au quotidien.

> Avec une communication plus moderne, plus rapide et mieux adaptée aux besoins de nos élus.

> Avec une expertise juridique et comptable dispensée dans le cadre de consultation ou de procédures de restructurations.

>  Avec un soutien permanent à l’implantation de nouveaux syndicats et au développement de la syndicalisation

Permettez-moi de citer quelques syndicats en exemple, tous ultras majoritaires dans leurs entreprises ou dans leurs groupes.

Carrefour, Buffalo Grill, les Chasseurs de L’ONF, les producteurs laitiers, le Club Med, Picard…

La liste pourrait être longue, je m’arrêterais là.

Que mes camarades m’excusent de ne pouvoir tous les citer, car ils sont nombreux à avoir leur place à ce tableau d’honneur pour les beaux combats qu’ils mènent au quotidien, dans leur magasin, dans leur restaurant ou dans leur usine.

Ces bons résultats, nous les devons aussi au positionnement confédéral qui nous ouvre la voie dans nombre d’entreprise.

Nous sommes fiers à la FGTA d’appartenir au syndicalisme confédéré et particulièrement à celui de Force ouvrière, dont tu portes – Jean-Claude – haut et fort l’étendard !

Merci Jean-Claude, d’avoir consolidé avec les succès que nous connaissons le chemin ouvert par nos grands anciens : Léon, Robert, André, Marc…

Et d’avoir ainsi renforcé avec fidélité la grande histoire du syndicalisme libre et indépendant !

Nous savons à la FGTA que « la vieille maison » est à nouveau en ordre de marche, pour reprendre avec toi, sa place historique de première organisation dans le syndicalisme français.

En tout cas je l’espère.

Notre responsabilité est d’autant plus grande que la situation sociale et économique exige de FO la plus grande des vigilances.

Alors que l’austérité salariale apparait comme l’horizon indépassable des politiques publiques,

Malgré les 41 milliards d’euros octroyés unilatéralement par le gouvernement au patronat, le Medef, dans sa logique du toujours plus, attends des salariés qu’ils fassent l’aumône pour obtenir de dignes contreparties à leur travail. Et bien cela se fera sans FO. Non.

Cinq fois NON. 

–        Non au CICE, comme marché de dupes,

–        Non au pacte de responsabilité comme pacte d’austérité,

–        Non à l’austérité comme solution unique, car nous savons tous où mènent les solutions uniques.

–        Non à l’hypocrisie générale qui consiste à généraliser le travail du dimanche sur la base d’un volontariat auquel personne ne croit.

–        Non à la politique de bas salaires et à l’extension des temps partiels qui mènent les salariés de nos secteurs à la précarité.

Mes camarades, il y a bien longtemps que les patrons ont oublié de regarder le bas de la fiche de paie des salariés.

Il y a bien longtemps que les patrons vivent dans un autre monde.

Aujourd’hui, nos camarades grecs, belges ou italiens nous montrent le chemin en descendant massivement dans la rue, à l’appel de leurs organisations syndicales, contre les politiques d’austérité.

L’action collective est possible et indispensable lorsque l’on veut faire bouger les lignes de la politique d’austérité.

Qu’elle prenne ses ordres au Medef, à Bruxelles ou ailleurs.

Chers camarades,

Je lance un appel solennel aux délégués réunis ce jour en Congrès confédéral, pour donner mandat à notre Secrétaire général et au Bureau confédéral.

Pour que ce 23e congrès se prononce pour une journée de grève et d’action interprofessionnelle contre les politiques d’austérité.

Pour que force ouvrière lance un appel aux autres organisations syndicales,

Et que fort de cette résolution du congrès cette journée soit un succès.

C’est une demande que j’entends tous les jours, dans nos syndicats et sur le terrain.

Je ne doute pas que nous serons nombreux à soutenir cet appel !

Merci mes camarades.

PARTAGER
Share Button