Le FGTA-FO magazine Coiffure et Esthétique n°8 est disponible

Editorial

Cher(e)s adhérent(e)s,

Le rapport de branche qui traite des indicateurs sociaux économiques de la coiffure (données 2016) a été remis aux partenaires sociaux début 2018. Nous avons relevé quelques indicateurs qui confirment que les salariés “désertent” le secteur qui n’est pas assez attractif en termes de rémunération et d’avantages sociaux…

Nous avons décidé de livrer quelques chiffres clés de ce rapport qui parlent d’eux-mêmes, et qui démontrent un vrai malaise dans la profession… Aujourd’hui, le secteur de la coiffure recrute mais a du mal à trouver dessalariés… Il a perdu 6 800 salariés en 5 ans hors apprentis (de 2011 à 2016), et pour la quatrième année consécutive, le nombre d’établissements employeurs a baissé dans la profession : ils sont 39 585 en 2016 et représentent 46 % des établissements, contre 54 % en 2011.

A contrario, le nombre d’établissements global de la profession continue d’augmenter, ce qui veut dire qu’il y a de plus en plus d’établissements sans salariés.

La FGTA-FO a été signataire des derniers accords de salaires et a demandé, fin 2017, la réouverture des négociations pour 2018, mais cela ne suffira pas à ramener les salariés sur le secteur.

Nous avons pourtant porté à plusieurs reprises la revendication sur la mise en place des titres-restaurants, mais les 2 délégations restent sourdes à nos demandes. Une prime annuelle ou un 13e mois serait également bienvenus pour ramener les salariés sur ce métier qui aujourd’hui préfèrent se diriger vers des entreprises qui proposent des avantages sociaux aux salariés.

Cet édito est un cri d’alarme aux délégations patronales, qui doivent prendre conscience de la réalité du secteur face à des salariés en souffrance qui ne se retrouvent plus dans leurs métiers, avec des salaires qui oscillent à 1 500 euros brut par mois pour une grande majorité d’entre eux…

Concernant l’esthétique, FO va demander la réouverture des négociations de salaires dès mars 2018 avec revalorisation de la prime d’ancienneté. Un litige de portée nationale vient de nous être remonté, il concerne la rémunération de travail du dimanche dans les SPA (dimanche non exceptionnel) aucune disposition n’est prévue à ce jour dans la Convention collective nationale sur les contreparties financières à ses dimanches, FO va demander l’ouverture de négociations aux contreparties financières à ce travail du dimanche pour les salariés concernés.

Richard Roze, Secrétaire fédéral


Au sommaire : actualités des salons et instituts, Accord Cadre Santé, Ergohair : point sur les réunions 2017-2018, juridique : motivation de licenciement, Denis Wittmer, membre du jury du MOF, etc.


Pour télécharger le FGTA-FO magazine Coiffure et Esthétique n°8, rendez-vous ici (adhérent uniquement)

PARTAGER
Share Button