Manifestations chez McDonald’s au Royaume-Uni

Des salariés britanniques de McDonald’s ont appelé à manifester au sein de deux enseignes du groupe McDonald’s (à Cambridge et Crayford près de Londres) pour dénoncer les contrats zéro-heures et les procédures internes inefficaces pour faire remonter des cas d’harcèlements, notamment pour affiliation syndicale. Ces manifestations seraient les premières contre l’enseigne MacDonald au Royaume-Uni depuis son implantation en 1974.

Les travailleurs britanniques demandent notamment une hausse des salaires pour être rémunéré 10£ par heure (pour les salariés âgés de 25 ans et plus) au lieu du salaire minimum établi à 7,50£ par heure en s’inspirant notamment de la campagne américaine où certains travailleurs ont obtenu une hausse salariale pour être rémunéré à hauteur de 15$ par heure. Mais ils contestent aussi le harcèlement sur le lieu de travail et les représailles contre les salariés et plus précisément ceux syndiqués lorsqu’ils font remonter des problèmes de management ou encore d’harcèlement moral. Les syndicalistes britanniques invoquent ainsi une atteinte au droit de s’organiser collectivement en syndicat. Pour rappel, le droit de grève et le droit de s’organiser en syndicat sont légaux au Royaume-Uni mais ils ont été progressivement limités par de nombreuses restrictions.

En défense, le groupe McDonald’s indique qu’en avril 2017, le groupe au Royaume-Uni aurait permis à ses salariés de passer de contrats zéro heure à des contrats flexibles ou fixes avec un minimum d’heures garanties. Le groupe se défend aussi en invoquant une hausse des salaires de 17% ces deux dernières années.

Même si ces manifestations sont historiques au Royaume-Uni, elles ne se font qu’au sein de deux enseignes sur 1250 présentes au Royaume-Uni et ne mobilise, selon McDonald’s, moins de 0,01% des salariés britanniques (environ 85 000 salariés) de McDonald’s. Néanmoins, il est intéressant de noter qu’aujourd’hui a lieu en Europe une campagne pour une hausse des salaires lancée par la Confédération Européenne des Syndicats avec ses affiliés, dont FO, et ce jusqu’à mi-2018.

La FGTA-FO apporte donc son plein et entier soutien aux salariés engagés dans ce combat pour des salaires décents et le droit à s’organiser collectivement.

PARTAGER
Share Button