Missive du retraité 1er trimestre 2016

RÉSISTER ET LUTTER, ENCORE ET TOUJOURS
Voici donc, cher(e)s camarades, le premier numéro de la nouvelle série de la Missive du Retraité. Le Bureau de la Section nationale des retraités de la FGTA s’est fixé comme objectif de sortir un numéro par trimestre avec, autant que possible, des rubriques régulières que vous aurez plaisir à retrouver telles que la consommation ou le devenir de nos camarades depuis qu’ils sont en retraite. Grâce à l’aide, ô combien précieuse, du service Communication de la Fédération, nous avons pu mettre au point ce modeste magazine. La diffusion s’en fera par Internet pour ceux qui sont équipés de l’outil informatique et par courrier pour les autres de façon que personne ne soit laissé de côté. Nous espérons ainsi maintenir et perpétuer un lien le plus étroit possible entre ceux qui ont cessé leur vie professionnelle et la Fédération.

Sur un plan plus syndical, comment taire l’émoi qui fut le nôtre lors des attentats de Paris du 13 Novembre. Nous n’avons d’autre obligation que de rappeler et respecter les valeurs de la République qui sont notre bien commun et dont l’abandon signerait la victoire des terroristes.

Mais la fin de l’année 2015, pour nous, syndicalistes, a été principalement marquée par l’accord scélérat sur les retraites complémentaires conclu, sous l’œil bienveillant du Gouvernement, par le MEDEF et trois organisations syndicales. Cet accord a pour effet principal de reculer l’âge à partir duquel nos camarades actifs pourront bénéficier d’une retraite complète.

En effet, l’introduction d’une décote de 10 % durant trois ans pour ceux qui voudront faire valoir leurs droits (car n’oublions pas que la retraite est un droit pour lequel nous avons cotisé !) aura pour effet pratique de retarder de 62 à 63 ans l’âge du départ. On se demande encore comment des organisations dites syndicales ont pu négocier et signer un tel texte. Pour ce qui nous concerne, nous, militants de Force Ouvrière, ne pouvons que féliciter la Confédération d’avoir refusé d’apposer sa signature. Mais il est à craindre que le Gouvernement, celui-ci ou le suivant, ne s’engouffre dans la brèche et ne tarde pas à reculer l’âge du départ en retraite.

Mais ceci ne doit pas nous faire oublier nos propres problèmes de pouvoir d’achat. Comment qualifier, autrement que par des mots tels que «aumône» ou «provocation» cette généreuse augmentation de 0,1 % de nos pensions (de base seulement) qui nous a été si généreusement octroyée le 1er novembre dernier après une stagnation de près de trois ans ?

Selon le COR (Conseil d’Orientation des Retraites), dans son rapport de décembre 2015, le niveau de vie des retraités, comparé à celui du reste de la population, devrait diminuer dès le milieu des années 2020. Pour ma part, j’ai l’impression que cette diminution est déjà largement entamée. En cause, l’indexation des pensions sur l’évolution des prix et non plus sur les salaires et les conséquences des nouvelles règles imposées par les contre-réformes des retraites depuis 1993.

C’est pourquoi, cher(e)s camarades, si notre vie professionnelle s’est arrêtée, notre militantisme syndical doit, lui, se poursuivre, aux côtés de nos camarades actifs, afin de résister et lutter, autant que faire se peut, face aux mauvais coups qui se multiplient année après année. Ce sera notre façon de vous souhaiter une bonne année 2016 !

Gérard Debard, Président de la Section nationale des retraités.

Télécharger la missive du retraité 1er trimestre 2016

PARTAGER
Share Button