Produits Alimentaires Élaborés, un vrai recul social

Dans la Branche des entreprises de Produits alimentaires élaborés (conserves, frais, surgelés) qui regroupe 250 entreprises pour 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le dialogue social n’avance plus

Après un échec des négociations l’année passée, l’austérité salariale continue en 2017.

Ainsi, un projet de création d’un nouveau minima annuel pour les cadres a été proposé. Ce minima comprendra non seulement le salaire mais aussi tous les éléments variables, encadrant et réduisant ainsi de facto le pouvoir d’achat des cadres.

Pour la FGTA-FO, ce n’est pas acceptable et c’est mettre le doigt dans l’engrenage du moins-disant social. Après les cadres, ce sera au tour des maîtrises l’année prochaine ?

Par ailleurs, une augmentation d’1,56% sur les premiers niveaux a été proposée. Si ce chiffre peut paraître flatteur, il ne faut pas oublier qu’aucun accord n’a été trouvé l’année dernière… On reste donc dans une évolution inférieure à celle de l’inflation, ce qui est synonyme de perte de pouvoir d’achat pour les salariés.

Les niveaux suivants font l’objet d’augmentations différenciées encore plus faibles. Cette politique salariale a pour effet d’écraser complètement la grille de salaires. Une fois de plus, les grands oubliés de la négociation sont les ouvriers.

La FGTA-FO ne peut donc en aucun cas signer un tel accord.

PARTAGER
Share Button