William Saurin, reprise sans licenciement

Article paru dans Les Echos

La reprise des plats cuisinés William Saurin validée par le tribunal

Le plan de reprise du tandem industriel Cofigeo Arterris a été définitivement accepté par le tribunal. Il concerne l’ensemble des actifs et la totalité des 950 emplois.

C’est le dernier chapitre, hormis l’activité pizza (Som’Baker), de la vente par appartements du groupe Financière Turenne Lafayette (FTL), surtout connu pour la marque William Saurin.

Le décès de la fondatrice et dirigeante  Monique Piffaut en novembre dernier avait mis au jour un large trucage des comptes et provoqué une course contre la montre pour éviter  la liquidation de 21 sites industriels et le licenciement de leurs 3.000 salariés.

Pas de licenciement

Le tribunal de commerce vient d’homologuer l’offre de reprise par le tandem composé de Cofigeo (Raynal & Roquelaure) et Arterris pour un montant de 100 millions d’euros. Ces deux entreprises, qui en assuraient la location-gérance depuis la mi-juin, reprennent donc définitivement les sociétés William Saurin, Julien Mack, Soulié Restauration, Choucroute de campagne, Conserverie du Languedoc (La Belle Chaurienne). Outre les actifs de William Saurin, elles reprennent l’ensemble des titres des filiales et des SCI correspondantes, ainsi que la totalité des 950 emplois.

«Nous souhaitons créer une catégorie de plats préparés appertisés bien plus puissante qu’elle ne l’est aujourd’hui en repositionnant les marques sur de nouveaux usages », a indiqué Mathieu Thomazeau, co-président de Cofigeo. L’idée est de proposer des conserves adaptées aux nouvelles habitudes de consommation comme le nomadisme, le snacking ou les portions individuelles. Ce projet est assorti d’un investissement industriel de 30 millions d’euros.

Le plan de cession entre en jouissance le 3 octobre. Pour Eric Le Gouvello, président de FTL, « des perspectives très favorables s’ouvrent désormais pour ces sociétés. L’adossement à ces actionnaires solides va leur donner les moyens de relancer leurs plans d’innovation et de marketing pour continuer de se développer ».

Aucune cession envisagée

Cofigeo est un des leaders des plats cuisinés en conserve avec les marques Raynal & Roquelaure et Zapetti. Son chiffre d’affaires a atteint 140 millions d’euros en 2016. Arterris, la coopérative de Castelnaudary, vise à doubler son chiffre d’affaires de 756 millions d’euros d’ici à 2025 grâce notamment aux produits alimentaires.

Cofigeo et Arterris n’envisagent aucune cession de marques de William Saurin, mais se les sont réparties pour éviter un veto de l’Autorité de la concurrence. Arterris reprend La Belle Chaurienne, CCA Périgord et les Bories du Périgord. Les discussions concernant la vente de l’activité pizza de Som’Baker se poursuivent. « Elles devraient aboutir dans les prochaines semaines », a indiqué Financière Turenne Lafayette.

Pour Didier Pieux, Secrétaire fédéral FGTA-FO en charge du secteur : « L’entreprise revient de loin et on ne peut que se féliciter qu’il n’y ait pas de licenciement. Toutefois, la nouvelle organisation montre que des synergies industrielles sont possibles car des doublons existent. Certains sites sont en sous-production. Nous allons donc être très vigilants sur les annonces qui vont être faites ces prochains mois afin de veiller à ce que les repreneurs respectent dans le temps leurs engagements de conserver tous les emplois. »

Un article consacré à l’intégralité des reprises des entreprises de la Financière Turenne-Lafayette paraîtra très prochainement dans le FGTA Magazine Agriculture-Agroalimentaire n°8

PARTAGER
Share Button