UNI lance une campagne pour la ratification de la C190 de l’OIT contre la violence au travail

UNI Egalité des chances lance une campagne de 16 jours mettant en lumière la Convention 190 (C190) de l’OIT sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail, signée en juin 2019. La convention présente une forte perspective de genre dans le but de protéger les femmes au travail dans le monde entier.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire ! Pour que la convention soit efficace, elle doit être ratifiée par les États membres. UNI a uni ses forces à celles d’autres fédérations syndicales internationales (IndustriALL, UITA, FIJ, IDWF et ISP) afin d’encourager tous les syndicats affiliés à agir et contribuer aux efforts d’une plus large ratification.

Conjointement, les syndicats font pression sur les gouvernements du monde entier pour qu’ils ratifient cette convention historique et font pression pour que l’élimination de la violence et du harcèlement au travail devienne réalité.

Joignez-vous à nous en partageant nos affiches et nos informations et en veillant à ce que l’appel soit entendu haut et fort. Les 16 journées d’activisme d’UNI culmineront lors de la Journée des droits humains (le 10 décembre) et se concentreront sur les différents éléments de cette nouvelle convention innovante. Retrouvez tout notre matériel ici : www.breakingthecircle.org

« Cette convention novatrice peut changer des vies », a déclaré Verónica Fernández Méndez, Cheffe d’UNI Egalité des chances. « C’est la première fois dans l’histoire qu’un instrument juridique international protège les travailleurs contre toute forme de harcèlement et de violence au travail. »

« Pendant que nous faisons pression pour que la convention soit ratifiée, les syndicats n’ont pas à attendre pour l’utiliser. Les syndicats peuvent mettre en œuvre la C190 dans les conventions collectives et les accords mondiaux pour obtenir de meilleures protections. C’est une première étape que de voir la violence et le harcèlement comme étant davantage qu’un problème de santé et de sécurité au travail, mais comme une épidémie mondiale qu’il faut éradiquer. Les syndicats font partie de la solution et nous voulons que cette convention devienne l’outil mondialement accepté dans la lutte contre la violence et le harcèlement dans le monde du travail. »

Les syndicats militent également en faveur de la recommandation 206, qui vise à compléter la convention. Elle inclut en outre la violence familiale en tant qu’élément de la violence au travail, car elle affecte non seulement le bien-être des travailleurs, mais elle a également un impact sur les conditions de travail et la productivité.

Selon les statistiques de l’ONU, 818 millions de femmes dans le monde ont subi des violences sexuelles ou physiques à la maison, dans leur communauté ou au travail. Plus d’un pays sur trois n’a pas de loi contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail et on estime que 235 millions de femmes sont privées de protection sur ce plan.

La Convention 190 et la Recommandation 206 peuvent changer des vies !

Rejoignez-nous! Ensemble nous sommes plus forts!

Précédent

Suivant

leo venenatis, elit. mi, ipsum Aenean Donec mattis diam luctus ipsum nec
Share This