Repères n°59, best of 2019

RÉSISTER, REVENDIQUER, RECONQUÉRIR EN 2020 COMME EN 2019…

Cette fin d’année a été marquée par une forte mobilisation sociale pour défendre nos acquis sociaux.

Au premier rang de cette mobilisation, dans laquelle la FGTA-FO a pris toute sa place, la défense de notre régime de retraite. Nos militants et sympathisants ont été très nombreux à se mobiliser aux côtés des 18 millions de salariés relevant du régime général et du régime complémentaire de retraite qui sont directement touchés par la réforme de notre système de retraite par répartition

Cette mobilisation dans les entreprises a aussi été le moment de faire entendre les revendications historiques de la FGTA-FO sur le droit à des salaires reconnaissant la singularité et la pénibilité de nos métiers et de combattre l’absence de reconnaissance salariale qui est souvent le lot de nos professions.

Dans les nombreux rassemblements que nous avons impulsés, cette mobilisation sociale a aussi permis de faire remonter les inquiétudes fortes des salariés sur la détérioration constante des conditions de travail et de vie dans les entreprises.

C’est ainsi que nous tirons le signal d’alarme sur une question que nous évoquons souvent dans le magazine Repères : les Directions veulent des salariés toujours plus «agiles», c’est-à-dire des salariés se pliant en quatre pour assurer le service du client malgré le manque de moyens. Et ce sans que soit assurée une charge de travail raisonnable.

Autrement dit « comment vais-je m’organiser et combien vais-je devoir travailler pour réussir à faire ce que j’ai à faire, avec ces moyens et dans ce délai ? ».

Cela pose sur le plan syndical de plus en plus dans les entreprises des questions aussi fondamentales pour les salariés que l’autonomie dans l’exécution des tâches, l’intensité du travail, la dose de flexibilité du temps de travail, la reconnaissance salariale des sujétions professionnelles et l’objectivisation des exigences de performance.

D’autant que dans le même temps on déplore dans nos secteurs d’activités de nombreuses suppressions d’emplois, qu’il s’agisse des cadres ou des employés. Et le quotidien de beaucoup de salariés prend trop souvent la forme d’un mode de fonctionnement dégradé où il faut pallier sans cesse les absences non remplacées et les postes non pourvus.

Avec en toile de fonds des enjeux de santé au travail et des sujets liés aux risques psychosociaux (RPS) et à la qualité de vie au travail (QVT) qui demeureront encore au cœur des revendications sociales de la rentrée 2020.
Au final c’est donc toujours les mêmes interrogations : comment se faire entendre, comment peser efficacement pour changer le cours des choses ?

Ce qui ressort, au final est que le dossier des retraites concentre finalement l’ensemble des sujets. Garantir un véritable emploi dès l’entrée dans la vie active jusqu’à l’âge de la retraite, éliminer les contrats précaires, augmenter les salaires, le Smic, assurer l’égalité tant dans l’emploi que dans les rémunérations entre les femmes et les hommes… Ce sont les principales réponses qui doivent être apportées au monde du travail et non à la remise en cause du système de retraite et de ses régimes.

Oui, nous le rappellerons sans cesse haut et fort, dans les principaux secteurs de syndicalisation de la FGTA nombre de choses doivent être améliorées. Car pour les salariés les petites retraites ont pour origine : les bas salaires, les carrières hachées, les temps partiels. C’est cela qui pèse sur beaucoup de pensions de retraites.

Et si le compte n’y est pas aujourd’hui pour avoir une retraite digne, ce n’est pas le seul système actuel de retraite qui est en cause, ce sont les politiques économiques qui n’ont pas réussi à résorber le chômage, les bas salaires, les inégalités hommes/ femmes, les contrats à durée déterminée et la précarité au travail.

C’est pour cela qu’à la fin de l’année notre Fédération a mobilisé fortement et avec succès autour des mobilisations et des appels à la grève lancés en décembre auxquels s’est associé FO dans l’unité d’action syndicale la plus large.

Le mot d’ordre de la rentrée 2020 reste pour la FGTA-FO de poursuivre la mobilisation. Car c’est ensemble et dans l’unité que l’on peut gagner sur nos légitimes revendications.

Résister, revendiquer, reconquérir est donc toujours à l’ordre du jour de notre Fédération et contribuera, nous n’en doutons pas, à vous permettre de réaliser une belle et heureuse nouvelle année 2020.

Fidèlement,
Dejan Terglav
Secrétaire général de la FGTA-FO

Télécharger le Repères n°59 au format PDF

Précédent

Suivant

ut nec felis Praesent libero amet, diam Nullam
Share This