Restauration aérienne et ferroviaire, FO exige 0 licenciement en contrepartie des aides de l’Etat

Vent debout pour défendre les salarié(e)s de la restauration aérienne et ferroviaire.
Nous exigeons zéro licenciement en contrepartie des aides de l’État.

Les syndicats de trois fédérations de Force Ouvrière, la fédération des Cheminots, la FGTA-FO et la FEETS font front commun. Ils exigent des principaux acteurs du secteur – Servair, Newrest, LSG… – de s’engager à ne licencier aucun salarié au regard des aides qu’ils perçoivent de l’État.

Nous veillerons à ce que les salariés ne soient pas la variable d’ajustement de ce plan de relance.

En effet, les dirigeants de ces entreprises appellent l’État à l’aide ; elles demandent à bénéficier du plan de relance annoncé par le Président de la République.

Nous soutenons bien évidemment cette démarche pour la sauvegarde de ces entreprises et pour éviter une catastrophe socioéconomique d’une ampleur inédite. Toutefois, nous refusons que ces aides soient des chèques en blanc sans aucune contrepartie sociale. Nous exigeons qu’elles soient conditionnées par des engagements clairs, notamment l’arrêt immédiat de leurs plans de réduction des effectifs (PSE, PDV…).

Nous appelons également leurs actionnaires (Air France-KLM, le conglomérat RRJ CAPITAL…) à investir financièrement et à contribuer fortement à cet effort collectif, sachant qu’ils ont reçu des centaines de millions d’euros sur l’exercice de 2019 grâce au travail des salariés.

Oui au soutien de l’État, mais non sans engagement social !

Contacter la FGTA-FO

> Nabil Azzouz
Secrétaire fédéral
Courriel : nabil.azzouz@fgta-fo.org
Tél. : 06 21 69 95 40

Précédent

Suivant

mi, quis, mattis consequat. non tristique ultricies sem,
Share This