Covid-19 : les revendications de la FGTA-FO et de l’UITA pour la restauration rapide

En collaboration avec l’UITA, la FGTA-FO pose les revendications suivantes pour le secteur de la Restauration rapide

QUAND LES ÉTABLISSEMENTS SONT FERMÉS, LES CHAÎNES DE RESTAURATION RAPIDE ET LEURS FRANCHISÉS DOIVENT :

1. Verser le plein salaire à leurs employé-e-s. Étant donné qu’une énorme proportion des travailleurs-euses de la restauration rapide subsiste d’une paye à l’autre, une réduction de salaire, même pour une courte période, a des conséquences dévastatrices pour ces employée-s.
2. S’assurer que les travailleurs-euses occasionnel-le-s ou ayant des contrats zéro heure soient équitablement rémunéré-e-s. Une grande partie des travailleurseuses dans le monde occupent des emplois précaires et risquent aujourd’hui de perdre leurs moyens d’existence. Les chaînes de restauration rapide doivent veiller à ce que ces travailleurs-euses soient en mesure de payer leurs dépenses de base comme le logement, la nourriture et les autres produits de première nécessité pendant la pandémie du COVID-19.
3. S’assurer que les travailleurs-euses ne perdent pas leur emploi et puissent reprendre le travail lorsque la situation sera redevenue normale. Étant donné que plusieurs gouvernements ont autorisé les entreprises à mettre leurs salarié-e-s au chômage partiel, les chaînes de restauration rapide et leurs franchisés doivent saisir cette occasion et rémunérer leurs employé-e-s pendant la période où ils-elles ne travaillent pas ou ont des heures de travail réduites.
Lorsque les entreprises ont recours à des régimes publics tels que les indemnités de chômage partiel ou les allocations de chômage temporaire, elles devraient compléter les pertes de salaire pour éviter que les travailleurs-euses ne tombent dans la pauvreté.
4. Veiller à ce que les travailleurs-euses puissent accumuler les droits aux congés normaux en cas de chômage technique ou partiel et que ces congés soient rémunérés à 100% de leur salaire normal.

QUAND LES ÉTABLISSEMENTS SONT OUVERTS, LES CHAÎNES DE RESTAURATION RAPIDE ET LEURS FRANCHISÉS DOIVENT :

1. Mener une évaluation détaillée des risques, avec la participation active des travailleurs-euses et de leur syndicat.
2. Fournir et garantir l’utilisation appropriée des EPI, incluant sans s’y limiter, masques, gants de protection, etc.
3. S’assurer que les travailleurs-euses aient accès à du savon et de l’eau, et à des produits désinfectants pour les mains et les surfaces.
4. Installer des cloisons de plexiglas ou d’un matériau similaire pour protéger les employé-e-s de client-e-s potentiellement infecté-e-s.
5. Assurer une distance de 2 mètres entre les employée- s dans les espaces de travail, les cantines et les salles de pause durant toute la journée de travail.
6. Verser un congé maladie à plein salaire à partir de la date de réouverture pour s’assurer qu’un-e employé-e malade reste à la maison pour prévenir la propagation du virus.
7. Effectuer des tests de dépistage en fonction des capacités nationales.
8. Appliquer des mesures de congés payés et de protection du revenu intégrant la dimension de genre compte tenu de la responsabilité disproportionnée assumée par les femmes en matière de garde d’enfants.
9. Suivre les recommandations de santé publique nationales.

Télécharger le cahier revendicatif UITA

Précédent

Suivant

Curabitur libero Donec odio mattis quis,
Share This