Propositions de la FGTA-FO de mise en œuvre d’un plan d’urgence pour les salariés des HCR

La FGTA-FO a adressé ce jour un courrier à Mme Pénicaud, Ministre du Travail et de l’Emploi.

« Depuis plusieurs semaines, le COVID-19 impacte fortement les salariés des Hôtels, Cafés, Restaurants et plus particulièrement les plus précaires d’entre eux : les saisonniers et les salariés en contrat de courte durée qui sont le plus frappés socialement par la crise économique et sociale que subissent fortement ces secteurs d’activités.

De plus, les modalités sanitaires du déconfinement dans ces secteurs dans le contexte pandémique laissent présager que de nombreux salariés des HCR vont continuer à être durablement privés d’emploi et de ressources.

La pandémie doit nous inciter tous, partenaires sociaux, pouvoirs publics, associations d’aides aux plus démunis à tirer les enseignements sanitaires mais aussi sociaux de la période pour contribuer à ce que des pans entiers des salariés de la restauration et de l’hôtellerie ne basculent pas dans une plus grande précarité sociale.

C’est pour ces raisons que la FGTA-FO, syndicat représentatif de ces secteurs d’activités, considère qu’il est impérieux que cette sortie de crise, qui va s’inscrire dans un long processus, soit d’ores et déjà anticipée avec des mesures sociales adaptées à l’urgence qui s’annonce dans ces secteurs.

Dans ce cadre, la FGTA-FO soumet aux débats deux propositions qui sont de nature à répondre aux besoins sociaux de ces secteurs d’activités vitaux économiquement et socialement pour notre pays.

La première d’entre elles doit être l’abrogation de la réforme de l’assurance sociale qui impose à ces salariés des conditions d’accès aux allocations chômage désormais inatteignables dans ces secteurs d’activités. Or, les salariés des Hôtels, Cafés et Restaurants représentent à eux seuls près de la moitié des contrats saisonniers en France.

Nous ne pouvons plus ignorer qu’avec ces nouvelles règles, un grand nombre de saisonniers risquent tout simplement de ne plus toucher le chômage et ces salariés devront donc, s’ils remplissent les conditions, se reporter sur le revenu de solidarité active (RSA) pour avoir un minimum de ressources.

La seconde proposition de la FGTA FO porte sur l’urgence à reconnaître pour les salariés précaires des HCR le droit à recourir à « l’état de nécessité sociale » pour ces salariés injustement privés d’emplois et de ressources.

L’état de nécessité ou « état de détresse » ouvrirait à ceux qui comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires (CDDU, extras…) et qui sont les plus durement frappés par la crise du COVID-19 une panoplie de mesures sociales d’accompagnement transitoires dans le domaine de la formation et des allocations sociales de soutien.

Notre syndicat revendique que ces mesures s’appliquent jusqu’à ce que les pouvoirs publics s’engagent de manière durable à ce que l’assurance chômage et le gouvernement établissent un plan d’urgence qui répondent enfin à la situation de plus en plus précaire des salariés saisonniers ou de ceux qui enchaînent régulièrement des contrats courts dans la restauration et l’hôtellerie.

La FGTA-FO, demande à votre Ministère de prendre l’initiative d’ouvrir sans tarder de réelles négociations avec les partenaires sociaux sur ces deux propositions.

Nous ne doutons pas que vous partagez avec nous notre conviction de l’impérieuse nécessité de protéger le capital humain des Hôtels, Cafés et Restaurants avec la même attention que les autres composantes du secteur.

Contacter la FGTA-FO

> Nabil Azzouz, Secrétaire fédéral
Courriel : nabil.azzouz@fgta-fo.org

Précédent

Suivant

elit. eget venenatis Lorem fringilla vel, Phasellus Praesent
Share This