Tournée syndicale de FO dans la Coiffure : emploi, salaires, pouvoir d’achat et conditions de travail au cœur des préoccupations

Des inquiétudes sur les emplois dans la coiffure

Pendant deux jours, Stéphanie Prat-Eymeric, secrétaire fédérale à la FGTA-FO en charge des secteurs de la coiffure et de l’esthétique, était présente en Haute-Loire pour aller à la rencontre des salariés sur leurs lieux de travail.

« Le but de ces visites ? Prendre le pouls de leurs préoccupations et leur amener de l’information sur leurs droits. » Bien entendu, la situation économique est la première source d’inquiétude de la syndicaliste. « Il y a eu 4 à 5000 salons qui ont mis la clé sous la porte depuis la fin du confinement. Si le mois de mai a vu un retour de la clientèle, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il y a encore dans pas mal d’endroits du chômage partiel plusieurs heures par semaine. Ce n’est pas étonnant. Il y a d’abord une anxiété chez une partie de la population créée par toutes les informations répétées en boucle. Ensuite, l’annulation de nombre de mariages et autres évènements collectifs pèse également sur la fréquentation. Enfin, avec la hausse des demandeurs d’emplois et les baisses de revenus liées au confinement (activité partielle), des familles sont contraintes de rogner sur leur budget coiffure. C’est pourquoi nous sommes très attentifs à ce que des mesures soient prises pour préserver tant les emplois que les salaires dans le secteur. »

Le “Pass TPE” : pouvoir d’achat et informations pour les salariés de la coiffure

Cette tournée syndicale a été aussi l’occasion de présenter le « Pass TPE » mis en place par FO pour les salariés des petites entreprises. « Nous offrons ce service jusqu’en mars pour les salariés des entreprises de moins de 11. Il est normalement réservé à nos adhérents. Il y a des informations sur les droits, sur ce qui a été négocié dans chaque branche : la prévoyance, les grilles de salaire… et bien sûr sur nos revendications aussi. On peut également bénéficier de tarifs préférentiels sur des achats, un peu comme dans les grandes entreprises avec le CE. D’autres services sont proposés : une plate forme emploi, des améliorations de l’orthographe, une mutuelle retraités. Le but c’est de démontrer que le syndicalisme, ce n’est pas que les grandes actions revendicatives, c’est aussi un travail de fourmi au quotidien pour faire vivre des droits collectifs qui ont été négociés et conquis. »

D’ailleurs d’autres entreprises artisanales ont été visitées également pour présenter ce Pass, des boucheries-charcuteries, des confiseurs, des boulangers… « C’est normal puisque nous nous côtoyons dans la même fédération syndicale, la FGTA-FO » indique Stéphanie Prat-Eymeric.

Les élections TPE de janvier 2021 en perspective

Pour Pascal Samouth de l’Union Départementale FO « C’est une excellente initiative que d’aller dialoguer au plus près avec ces salariés qui ne sont pas forcément les plus au fait de l’action syndicale. Pour nous, c’est aussi le lancement de la campagne en vue du vote que devront émettre en janvier les salariés des très petites entreprises pour indiquer leur choix syndical afin de définir la représentativité de chaque organisation syndicale ».

 

Précédent

Suivant

ultricies velit, sed sit Phasellus lectus dolor ipsum venenatis,
Share This