Le Guide 2020 des droits des salariés des Hôtels, Cafés et Restaurants est disponible

Edito

LA FGTA-FO REVENDIQUE LA RECONNAISSANCE DE L’ETAT DE NÉCESSITÉ SOCIALE DANS LE SECTEUR DES HCR

Plan sociaux, chômage partiel, plan de départ volontaire, rupture conventionnelle collective, APLD, APC… sont actuellement des concepts qui apparaissent comme l’horizon pour nombre d’entreprises des HCR.

En effet, les salariés de nos secteurs d’activités sont actuellement parmi les plus durement frappés par la crise de la COVID-19. et ce alors que ces salariés comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires.

Nous constatons certes que dans certaines entreprises, la situation économique est inquiétante et qu’elle sera difficile à rétablir rapidement.
Que parfois des réorganisations de restaurants ou d’hôtels peuvent être justifiées quand la sauvegarde économique de l’entreprise est réellement démontrée. Mais les salariés des HCR savent que la FGTA-FO, à leurs côtés, n’acceptera jamais que, sous couvert de difficultés économiques qui seraient accentuées par la crise sanitaire, les employeurs en profitent pour, sans justification impérieuse, se séparer de personnel qui a contribué à la prospérité de nos entreprises.

D’autant plus que si des mesures sociales fortes d’accompagnement des salariés des HCR ne sont pas prises, la situation actuelle amènera nombre d’entre nous au RSA.
C’est à ce titre que la FGTA-FO, en sa qualité de syndicat représentatif de la branche, demande pour les salariés des HCR, particulièrement exposés à la crise sanitaire et sociale et qui sont injustement privés d’emplois et de ressources, que le principe “d’état de nécessité sociale” soit déclaré.

Notre syndicat revendique que cette mesure s’applique jusqu’à ce que le gouvernement, par l’assurance chômage, établisse un plan d’urgence qui réponde enfin à la situation de plus en plus précaire des salariés des HCR. Et que les pouvoirs publics s’engagent à le respecter de manière durable.

Nous soutiendrons bien évidemment toutes les mesures et les propositions prises pour un réel plan de relance pour le secteur : la prolongation de l’exonération des cotisations, l’instauration d’un crédit d’impôt sur les loyers des baux commerciaux, la création d’un prêt PGE (prêt garanti par l’État) à long terme sur 15 à 25 ans, le report des échéances bancaires…

Mais nous exigeons également que, dans tous ces dispositifs, soit prise en compte la dimension sociale de cette crise. Il faudra, par exemple, assouplir les conditions d’accès à l’indemnisation chômage pour les saisonniers et les extras. Notamment en gelant le décompte des droits afin de leur permettre de continuer à bénéficier des indemnités chômage.

La FGTA-FO veillera par ailleurs que l’application des dispositifs d’aide de l’État aux entreprises soit conditionnée à un accord d’entreprise dans toutes celles qui disposent d’un délégué syndical. Il est indispensable de donner tous les moyens à nos représentants de pouvoir veiller à ce que les dispositifs d’aides publiques bénéficient à tous les salariés sans exception et minimisent au maximum les effets d’aubaine que tentent déjà plusieurs enseignes du secteur.

L’heure est donc à la mobilisation syndicale afin de porter les revendications de nos militants de manière coordonnée, solidaire, ferme et efficace, car chaque concession faite sur les droits acquis des salariés est une atteinte inacceptable aux acquis du monde du travail.

Défendons nos droits ensemble !

Dejan Terglav – Secrétaire général
Nabil Azzouz – Secrétaire fédéral


Pour télécharger le Guide 2020 des droits des salariés des Hôtels, Cafés et Restaurants, rendez-vous dans l’espace adhérent du site

Précédent

Suivant

ipsum consectetur sed elit. felis dictum venenatis risus.
Share This