loader image
Skip to content Skip to footer

Coiffure et Ésthétique : la FGTA-FO dans Les Échos

“Dans la coiffure, les syndicats patronaux se font tirer les cheveux. Depuis 2018, donc bien avant la crise sanitaire, les négociations salariales n’ont cessé d’échouer. Un nouveau rendez-vous entre syndicats et patronat est prévu ce mercredi pour tenter de trouver un accord. La proposition des chefs d’entreprise reste limitée à une hausse de 0,5 % à 0,8 %. Inadmissible pour FGTA-FO, le syndicat majoritaire de la filière, surtout dans cette nouvelle période d’inflation. D’autant, que la branche coiffure a été aidée par l’Etat à hauteur de 337 millions d’euros en 2020 et de 58 millions d’euros à ce jour en 2021, note le syndicat. En octobre, le cabinet d’Elisabeth Borne a tapé du poing sur la table pour tenter débloquer la situation. Sans résultat pour l’instant. Selon FO, la profession a perdu 3 % de salariés entre 2016 et 2018 et près de 10.000 postes seraient non pourvus. Un manque d’attractivité lié au travail le week-end et aux petits salaires. Un coiffeur confirmé avec un CAP gagne environ 1.600 euros brut. Dans les salons d’esthétique, en revanche, un accord de branche a été trouvé. Après une hausse de près de 3 % des salaires en 2020, les partenaires sociaux ont signé un nouvel accord en décembre pour une revalorisation entre 4 % à 5 %.”

Retrouvez l’article des Echos dans son intégralité en cliquant sur ce lien.