La FGTA-FO signe la charte des métiers en tension dans la boulangerie et la boucherie

En tant que partenaire social privilégié et force de proposition, la FGTA-FO prend une part active dans le pilotage des politiques de formation (CAP, CQP, apprentissage) pour permettre aux apprentis et aux salariés en reconversion d’acquérir le savoir-faire nécessaire à l’exercice des métiers artisanaux de la boulangerie et de la boucherie.

Aujourd’hui, de nombreux postes sont à pourvoir dans ces métiers « passion ».

La FGTA-FO représentée par Didier Pieux, secrétaire fédéral, a signé le 28 mars 2022 avec le ministère du Travail les chartes des métiers en tension (charte de développement de l’emploi et des compétences) pour ces deux secteurs professionnels.

Ces chartes ont pour objectif de :

– Contribuer à développer l’orientation des jeunes et des adultes vers les secteurs de la boulangerie et de la boucherie, en menant notamment des actions de sensibilisation en lien avec les opérateurs du service public de l’emploi ;

– Accompagner les entreprises et leurs salariés dans la mise en place de mesures en faveur de l’attractivité des métiers, les branches s’engageant sur un calendrier de négociations ambitieux pour améliorer les conditions de travail de ses salariés ;

– Faciliter, accompagner les recrutements et agir sur la qualité de l’emploi, en renforçant les liens des entreprises du secteur avec Pôle emploi et les Missions Locales ;

– Développer les compétences et contribuer à la construction de parcours de formation, notamment en renforçant le recours à l’apprentissage et en modernisant l’offre de formation.

Le déploiement des actions fera l’objet d’un suivi par une personnalité qualifiée désignée en accord avec les signataires de la charte.

Pour Didier Pieux : « Par leurs savoir-faire et leur histoire, ces métiers sont des fleurons de la gastronomie française. Ces secteurs sont aussi créateurs d’emplois et c’est le rôle des partenaires sociaux et de l’État d’améliorer l’attractivité et l’image de ces métiers pour faire face aux difficultés que connaissent les entreprises pour recruter, et lutter contre le chômage et les problèmes d’insertion des jeunes. »

Elisabeth Borne et Didier Pieux (à droite)

Précédent

Suivant

Share This