Encore du grain à moudre dans le négoce agricole et les produits hors-sol !

La convention collective nationale IDCC 1077 règle les rapports entre partenaires sociaux dont les domaines d’activité sont les suivants :

  • Le commerce de gros des matières premières agricoles (exclusivement céréales, aliments pour le bétail, pailles et fourrages, engrais et pommes de terre) et légumes en gros (uniquement pour les échalottes, aulx et oignons).
  • Le commerce de gros spécialisés en produits alimentaires mais uniquement pour les légumes secs.
  • La fabrication d’aliments pour animaux (uniquement pour la production de luzernes déshydratées).

Le secteur des céréales connait des difficultés sur les marchés mondiaux, toute la filière s’en ressent, les coopératives sont dans le même cas.

En 2018, la négociation portant sur les salaires s’est déroulée début janvier et l’exercice aurait pu se révéler délicat.

Mais aussi, au cours de 2016 et 2017, les discussions portant sur la mise en place d’une nouvelle classification avaient échouées, échec difficile à assumer pour FO car nos propositions avaient notamment permis de faire acter aux employeurs la nécessité d’aérer fortement la grille employé/ouvrier et maitrise et leur accord était acquis pour définir une grille de transposition permettant cela, soit faire débuter les niveaux encadrement près de 1000€ au-dessus de leurs niveaux actuels. Il aura fallu le blocage stupide du syndicat majoritaire pour faire annuler ces avancées.

C’est dans ce contexte que la négociation 2018 a permis de trouver un accord sur une augmentation linéaire de la grille de 1.3% ! FO a donc pris ses responsabilités et signé cet accord.

Pour la FGTA FO, c’est un symbole important et la branche a su montrer l’exemple, espérant que les autres conventions de la filière céréales comprendront les revendications salariales aussi clairement que la FNA et la FEDEPOM, les deux fédérations patronales concernées.

Télécharger l’avenant 66 janvier 2018

PARTAGER
Share Button