La FGTA-FO à la rencontre des salariés et apprentis de la poissonnerie sur le MIN de Rungis (Vidéo)

Le 14 novembre, des représentants de la FGTA-FO, dont son Secrétaire général, Dejan Terglav, se sont rendus sur le Marché d’Intérêt National de Rungis pour rencontrer les salariés du hall « Marée » ainsi que les apprentis du CFA poissonnerie gérée par la Confédération Nationale des Poissonniers écaillers de France, co-organisatrice de l’événement. Dans cette branche professionnelle, le dialogue social fonctionne à plein régime, comme en témoigne la grille des salaires du secteur, la plus élevée de l’alimentation avec un premier niveau nettement décroché du Smic à 1599,96 euros bruts. L’occasion de faire la promotion du paritarisme et de l’apport de FO dans le cadre des élections dans les Très Petites Entreprises.

Le MIN de Rungis, un endroit unique

Le marché d’intérêt national de Rungis est situé conjointement sur les communes de Rungis et de Chevilly-Larue, dans le département du Val-de-Marne (94). Les MIN sont des marchés de gros dotés de statuts particuliers. A Rungis, il est géré par une société d’économie mixte, c’est-à-dire une organisation dont les capitaux sont en majorité détenus par des institutions publiques. Ici, c’est la Semmaris.

 

Le MIN de Rungis constitue le point d’approvisionnement principal des restaurateurs et poissonneries d’Île-de-France. Le hall « Marée », le plus grand du Marché avec ses 215 mètres de long pour 24000 m2, abrite 25 grossistes pour 450 salariés qui s’affairent de 22 heures jusqu’au petit matin. Les 120 000 tonnes de produits de la mer qui y sont vendus chaque année aux professionnels génèrent un chiffre d’affaires de 700 millions d’euros.

 

La numérisation des échanges ainsi que le développement des livraisons directement sur les restaurants ou poissonnerie a affecté l’attractivité du MIN mais aujourd’hui, il semble que son activité se soit stabilisée et il constitue toujours un lieu incontournable pour les acheteurs désireux de choisir eux-mêmes une marchandise de premier choix.

Le CFA de la poissonnerie

Le métier de poissonnier est difficile. Maîtriser le filetage et la découpe, la présentation, savoir choisir ses produits et les conseiller aux clients, etc., tout cela s’apprend. Pour être formé à ce noble métier, le CFA de Rungis est peut-être le meilleur endroit.

 

Avec une bonne quantité de matière d’oeuvre en provenance directe du MIN à travailler chaque semaine, les 60 élèves du Bac pro ou du CAP, les deux formations proposés par le CFA, ont de quoi répéter encore et encore les gestes qui feront d’eux des experts recherchés sur le marché du travail.

 

L’association du paritarisme de la branche a fait le choix d’offrir régulièrement des mallettes d’outils aux apprentis les plus méritants. A l’occasion de la visite de la FGTA, trois d’entre eux se sont vus remettre ce cadeau bien mérité compte tenu de leurs parcours respectifs. Ce fût pour Didier Pieux, Michel Kerling et Dejan Terglav de la FGTA, et M. Jessel, Président de la Confédération des poissonniers, l’occasion de souligner l’apport du paritarisme et l’importance des élections dans les TPE pour bien voter et nourrir ce dialogue social constructif.

 

La rencontre s’est conclue par une démonstration des apprentis. De magnifiques plateaux de fruits de mer ont été réalisés en un temps record sous la direction des enseignants. Bravo à eux

PARTAGER
Share Button