Travail en soirée : attention la colère gronde

 Il y a quelques semaines, la FGTA-FO dénonçait le projet de loi Pacte concernant le travail en soirée, projet écarté dans un premier temps par le Conseil constitutionnel saisi par les parlementaires.

Aujourd’hui, le gouvernement revient à la charge et finalise un projet de loi comprenant une disposition pour permettre aux commerces alimentaires d’ouvrir entre 21 heures et minuit, s’alignant ainsi sur le droit européen.

Si ce projet de loi est adopté en l’état, les commerces alimentaires pourraient ouvrir jusqu’à minuit et rouvrir le lendemain matin dès 7 heures. Pour les entreprises de plus de 20 salariés, il faudrait un accord collectif d’entreprise ou un accord avec les syndicats et pour les entreprises de moins de 20 salariés, un simple référendum…. Aucune compensation financière ne serait obligatoire pour les heures travaillées entre 21 heures et minuit et les salariés pourraient se voir imposer de travailler à ces horaires, même s’ils ne sont pas volontaires sans obligation d’un temps de repos compensateur. Ce projet en l’état vise à contourner les garanties du travail de nuit, au seul bénéfice des employeurs.

La FGTA-FO se doit de protéger les acquis sociaux historiques obtenus après des luttes ouvrières importantes et que l’on se doit de préserver pour les générations futures.

La FGTA-FO est contre le modèle sociétal du commerce ouvert 24h/24, 7j/7, et s’oppose à l’élargissement des dérogations au travail de nuit aux commerces de détail alimentaire situés en dehors d’une zone de tourisme internationale. Force Ouvrière rappelle son attachement au caractère exceptionnel du travail entre 21h et 7h, et ce, en raison de l’impact pour la santé des travailleurs et sur la vie familiale.

En tout état de cause, si un tel dispositif de soirée devait être adopté dans le commerce alimentaire hors ZTI, il devrait relever d’un accord de branche et non d’un recours au référendum dans l’entreprise et garantir la protection des salariés.

Les salariés de la Grand Distribution sont percutés de plein fouet par les restructurations économiques et sociales du secteur !

Les salariés de la Grand Distribution sont mis devant le fait accompli sur les ouvertures des dimanches et l’automatisation des caisses qui contourne les restrictions conventionnelles au travail de nuit et de soirée.

Aujourd’hui, il est question de généraliser le travail de nuit ! Il est grand temps d’arrêter de dégrader les conditions de travail des salariés !

Précédent

Suivant

risus sit odio elit. elit. libero Lorem in
Share This