Coronavirus : la FGTA-FO demande une protection des salariés des services à la personne

Un nombre chaque jour plus important de salariés du secteur des services à la personne (entreprises de services à la personne et salariés du particulier employeur) sont confrontés à des refus d’intervention ou à l’impossibilité de travailler dans certaines zones comme l’Oise.

D’un côté, les clients ne comprennent effectivement pas pourquoi l’infirmière pour une toilette à domicile porte masque et gant, alors que l’auxiliaire de vie n’a aucun moyen de protection.

De l’autre, ce deux poids deux mesures ne passe pas auprès des salariés amenés à rencontrer un nombre important de personnes chaque jour, y compris dans les « clusters ». De plus en plus de salariés invoquent leur droit de retrait.

Les partenaires sociaux ont alerté le ministère de la Santé sur le sujet. Celui-ci minimise la situation comme le Gouvernement le fait depuis de trop nombreuses semaines, et renvoie une prise de décision à un éventuel passage au stade 3 de l’épidémie.

La FGTA-FO dénonce une situation qui conduit à l’impossibilité d’assurer des prestations essentielles à la vie courante des personnes âgées les plus dépendantes (GIR 1 et 2) et des allocataires de la PCH, et qui place les salariés dans une situation délicate vis-à-vis de leur employeur.

La FGTA-FO alerte les pouvoirs publics : le stade 3, c’est demain !

La FGTA-FO demande donc une réelle prise en compte des besoins du secteur des services à la personne avec un accès garanti et urgent au stock de masques. Tout protocole de protection complémentaire doit être envisagé à des fins de sécurité et de pédagogie envers le public, et les salariés que nous représentons.

Précédent

Suivant

ultricies dolor quis, commodo Curabitur ut facilisis luctus id justo lectus amet,
Share This